Année 2013

Aujourd’hui, en ce dimanche des Rameaux du 24 mars 2013, j’ai reçu un message de Père Pio . Dans ce message, il nous demande de nous unir à Jésus et de l’accueillir en notre cœur. Je vous souhaite à tous un dimanche béni.      Mireille Drapeau

 En ce dimanche des Rameaux, je m’avance vers vous pour vous accompagner tout au long de cette journée.

Les événements se bousculent autour de vous et vous ressentez le besoin de trouver un moment de calme et de sérénité vous permettant ainsi d’être en harmonie avec Dieu.

Oui, aujourd’hui est un jour de fête, de liesse et de joie. Il y a 2000 ans, Jésus entrait dans Jérusalem assis sur un âne. À vous maintenant de ressentir dans vos cœurs cette joie d’il y a 2000 ans. À vous maintenant d’accueillir Jésus dans votre cœur et de vous ouvrir à son Amour.

Restez dans la joie ! Aujourd’hui est aussi un grand jour pour le nouveau pape Francesco. Il a un fond et un cœur pur, priez pour lui, priez pour l’aider dans sa mission qu’il a à accomplir. Ce n’est pas facile pour lui, il a beaucoup de choses à changer, il a l’Amour universel à installer parmi les chrétiens de la Terre.

Je vous aime et je veille sur vous. Recevez la bénédiction du Père, du Fils et du Saint Esprit. Restez dans la Joie, la Lumière de Jésus est dans vos cœurs.

Père Pio de Pietrelcina

Ce matin Père Pio est venu vers moi pour me délivrer ce message qui nous incite à nous préparer spirituellement à cette journée de Vendredi Saint.

Aujourd’hui, nous sommes à la veille du Vendredi Saint. Prépare-toi, préparez-vous à accueillir Jésus dans votre cœur. Demain, vous allez célébrer la commémoration de sa crucifixion. Faites-le en ayant la foi, la paix et l’amour en votre cœur. Faites-le en intégrant véritablement les étapes de son chemin de croix. Vous ne devez pas prendre à la légère les paroles qui vous sont données. L’enseignement est précieux, il faut le mettre en valeur et intégrer en vous le message qui vous est ainsi délivré. Oui, mes enfants, préparez-vous à accueillir Jésus en votre cœur. Faites-lui de la place ! Offrez-vous à lui !

Je vous aime.                                                                                 Père Pio de Pietrelcina

Message reçu par Mireille Drapeau le 28 mars 2013

Vendredi saint 29 mars 2013

En ce jour de Vendredi Saint, je m’adresse à vous pour vous demander : qu’avez-vous fait de votre journée ? Avez-vous accueilli Jésus en votre cœur ? Lui avez-vous ouvert la porte ? Où êtes-vous resté insensible tout au long de ce jour vacant à vos occupations Statue Padre Pio a San Giovanni Rotondocomme d’habitude ?

Certes, je ne vais pas vous demander de vous flageller ou de vous faire crucifier. C’est ridicule, insensé et d’une autre époque. Ce n’est pas ainsi que l’on se met en liaison avec Jésus.

Non, ce que j’aimerais vous faire comprendre, le message de ce vendredi saint que je souhaiterais que vous intégriez en vous, c’est l’Amour. Jésus, il y a 2000 ans, a été crucifié par Amour pour vous. C’est pourquoi je vous demande de l’accueillir en votre cœur, de porter en vous ses souffrances qui sont Amour. De vivre pleinement et entièrement son Amour et sa paix. Jésus vous ouvre le chemin, de la Vérité et de la Vie. C’est par lui et avec lui que vous accéderez au Père. Accomplissez avec son aide, votre vie, votre mission ce pourquoi vous êtes venu sur la Terre. Rétablissez en votre cœur, votre union avec lui et marchez ensemble jusqu’à la demeure qui vous est préparée au ciel.

Oui mes enfants, méditez ces paroles, relisez les paroles de Jésus avec un esprit ouvert à la Véritable Vie. Priez en union de cœur avec toutes les âmes de la Terre.

Recevez la bénédiction du Père, du Fils et du Saint Esprit en votre sein. Soyez bénis. Je vous aime

Père Pio de Pietrelcina

Reçu en ce jour de vendredi saint le 29 mars 2013 par Mireille Drapeau

Dimanche de Pâques 31 mars 2013

Pendant ma prière, alors que je viens de terminer un Notre Père et un Je vous salue Marie, je vois apparaître en vision Père Pio qui me sourit. Il est accompagné de Jésus, de Marie et de Saint Antoine de Padoue. Tout disparaît, tout devient sombre autour de moi. Au bout de quelques secondes, je vois à nouveau Père Pio. Il est agenouillé, de profil, en état de prière. Il se trouve sur une petite colline. Apparaît devant lui une croix et Père Pio, toujours en état de prière, lève son regard vers celle-ci. Je le regarde, il est toujours en extase et l’on peut voir, l’instant même, Jésus crucifié sur la croix ; Marie arrive et se place à gauche de la croix ainsi que saint Antoine de Padoue ; soudain le corps de Jésus devient lumineux et il descend de la croix.

Je suis transportée à ce moment, en un éclair, dans la cathédrale céleste ; je me trouve au fond de celle-ci, dans l’allée centrale ; au premier rang, devant l’autel, sont assis tous les saints, saintes, religieux et religieuses, tous ceux qui ont voué leur vie terrestre à Jésus et à Dieu ; derrière eux se trouvent tous les guides spirituels de chaque âme de la Terre ; Jésus est debout derrière l’autel et devant la croix ; il est lumineux, âgé d’une trentaine d’années, vêtu d’une robe descendant jusqu’aux pieds de couleur crème. Autour de lui (de son corps) il y a une immense aura de couleur dorée. Sur l’autel est posé un bouquet de lys blanc, il y a aussi plusieurs cierges qui sont allumés. Dans toute la cathédrale, à chaque extrémité des rangées des bancs sont posés des lys blancs. Des guides brûlent de l’encens. Padre Pio se trouve à la droite de Jésus, Marie et saint Antoine de Padoue sont à la gauche de Jésus. Toute l’assemblée se recueille, prie et chante des Gloria.

Soudain Jésus lève les deux bras vers le ciel et dit : « Je bénis la Terre, je bénis chaque âme de la Terre, je bénis toute vie se trouvant sur la Terre. Puis il continue : du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, je bénis toute la Création. » Et à chacune de ses paroles un faisceau de lumière irradie de ses mains et illumine toute l’assemblée ainsi que toute la Terre. Un flot d’Amour me transperce et irradie dans mon être tout entier. Cette énergie est tellement forte que j’ai l’impression de me noyer dans un océan de lumière.

Père Pio s’adresse à tout le monde en disant :

« Jésus n’est pas mort, il est ressuscité ! Alléluia ! J’entends une chorale chanter, des cloches sonner et je ressens une immense allégresse. Père Pio continue en disant :

Que la joie de la résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ habite en chacun de vous. Soyez tous bénis, transmettez cette bénédiction autour de vous, maintenez-la en votre cœur. C’est un trésor précieux qui vous est offert en cette journée pascale. Dieu le Père et son fils bien aimé vous aiment de tout leur Amour. Et ils dispensent autour de chacun d’entre vous leurs bienfaits.

Oui, Alléluia ! Jésus est bien vivant. Acclamez le, soyez heureux ! La Terre doit être dans l’allégresse et reconnaître en Jésus son sauveur bien-aimé, le bon berger qui prend soin de son troupeau.

Sur ces paroles, Père Pio bénit toute l’assemblée, la cérémonie est terminée et je réintègre mon corps. Père Pio me dit encore : « Je déverse en votre âme cette sainte bénédiction pascale, portez-la aux quatre coins de la Terre. »

Je vous aime et je veille sur vous.                   Père Pio de Pietrelcina

Je vous transmets ces bénédictions avec tout l’amour que j’ai reçu.

Message reçu le 31 mars 2013 par Mireille Drapeau

 

Dimanche 26 mai 2013

(dimanche de la Fête des Mères)

Oui, ce jour de la Fête des Mères est important, il faut le célébrer en ayant la véritable Rose rougereconnaissance au fond du cœur pour tout le travail, la responsabilité, l’Amour qu’une Maman a.

Toute mère a une mission importante à remplir, toute maman « se saigne » pour que son enfant (ou ses enfants) puisse s’accomplir entièrement. Toute Maman doit prendre exemple sur la très sainte Marie qui a porté en elle toute sa vie la mission et les souffrances de son fils Jésus. Une maman, c’est l’avenir du monde.

Mais il ne faut pas rester sur le plan physique ou sur le plan de l’éducation, il ne faut pas rester sur le premier plan. Non, il faut aussi voir en une maman la mission spirituelle qu’elle a à remplir, celle de transmettre l’existence d’un Créateur de toutes choses, l’existence d’une âme, d’une conscience, l’existence d’une foi qui diffère selon la religion.

Oui, une maman a l’obligation de transmettre la foi spirituelle afin que l’enfant grandisse avec la connaissance en son cœur.

Je souhaite que toute maman prenne conscience de cette mission spirituelle.

En ce jour particulier, j’offre à toutes les mamans la Terre et du Ciel, une rose rouge, signe de l’Amour de Dieu placé en leur cœur.

Je vous aime et vous bénis.                             Père Pio de Pietrelcina.

Message reçu le 26 mai 2013 par Mireille Drapeau

 

Echelle copie

copyright © David Lee Fong

Pendant ma prière, il m’est montré en vision deux falaises de couleur rouge brun séparées par un couloir (cela ressemble à un canyon). À l’arrière-plan et entre elles, je vois un paysage tourmenté, me paraissant de l’eau d’une couleur bleue qui charrie des détritus dont des troncs d’arbres ; l’eau est très agitée se mouvant et se tordant en d’énormes vagues rendant l’endroit inaccessible. Tout est chaotique et me fait penser à un paysage d’Apocalypse. Soudain je vois apparaître dans le ciel sombre, presque noir, une échelle qui descend jusqu’au sol. Celle-ci sort d’une lumière comparable à un tunnel et est d’une très grande luminosité. Je vois apparaître des hommes de toutes les races et de toutes les couleurs au pied de cette échelle qu’ils se mettent à monter pour ensuite entrer dans la lumière. La vision disparaît et Père Pio me dit :

Mon enfant, ce que tu viens de voir, je vais te l’expliquer :

– Les rochers représentent la Terre. Ils sont de couleur sombre car la Terre est malmenée par les hommes. Elle étouffe et se meurt. Elle a besoin d’oxygène, elle a besoin qu’on la respecte, elle a besoin que les hommes soient en harmonie avec elle et réapprennent à rétablir son équilibre et comprendre son fonctionnement.

Les éléments tourmentés sont les hommes qui les ont créés par leur peur, leur violence, leur soif d’argent, leur méchanceté. Ils ont mis le monde à mal et l’ont complètement déstabilisé. C’est ce que vous vivez tous les jours.

– Le ciel sombre représente la période difficile que vous vivez.

– La lumière étincelante symbolise Dieu, la Source Divine.

– L’échelle, c’est Dieu qui par ses envoyés la dépose dans le cœur des hommes.

– Les hommes qui montent cette échelle, sont ceux qui ont accepté Dieu dans leur cœur et qui liés par son amour se confient entièrement à Lui.

Je remercie Père Pio pour cette explication. je suis très émue par ce que j’ai vu et je me recueille dans la prière en disant un Notre Père. J’entends alors Père Pio qui poursuit :

Mes enfants, vous devez vous réconcilier avec Dieu. Vous devez reprendre le chemin de la prière et reconnaître en toute chose la main créatrice de Dieu.

Il vous aime d’un amour incomparable et Il est malheureux de voir que vous vous égarez en cherchant à voler de vos propres ailes, alors que vous n’avez qu’à vous laisser aimer et vivre en harmonie avec Lui, votre Père aimant.

Je suis triste de voir votre fermeture d’esprit, je suis triste de voir que vous vous laissez manœuvrer par un pouvoir qui n’est pas Dieu.

Que ceux qui ont des yeux voient,

Que ceux qui ont des oreilles entendent,

Que ceux qui croient en Dieu s’affirment dans leur foi et prient ensemble pour l’avènement de la Nouvelle Terre, de la Terre promise,

Que ceux qui ont compris ces paroles soient bénis par le Père, Créateur du Ciel et de la Terre.

Je vous aime.       Père Pio de Pietrelcina

Message reçu par Mireille Drapeau le 15 juillet 2013

 

VisionPerePio

Copyright © David Lee Fong

Je suis transportée (pendant ma prière) dans une grotte où règne l’odeur d’encens. Je vois Père Pio à genoux en train de prier au pied d’une grande croix en bois et entouré de présentoirs garnis de cierges allumés. Au milieu de la grotte se trouve un immense cierge de couleur blanc cassé, lui aussi allumé.

Père Pio se lève et me fait signe de m’approcher. Ce que je fais aussitôt. Il m’explique que tous ces cierges allumés représentent les âmes dont il a la responsabilité et que ce lieu est béni car protégé par l’Amour de Dieu. Il me dit que c’est La Chapelle des âmes, la chapelle des intentions qui lui sont adressées chaque jour.

Il me demande de m’avancer vers la bougie centrale. À ce moment, je suis poussée par un courant venant de derrière moi et suis projetée en un instant dans le cierge et plus précisément dans la flamme. Je ne ressens aucune brûlure, au contraire, je suis bien et la flamme m’entoure entièrement. À cet instant précis, je ressens le même Amour, le même état que lors de mes NDE. Je fais partie intégrante de l’Univers, toutes mes cellules s’intègrent entièrement à l’endroit où je me trouve et irradient à l’intérieur de mon être.

En état de béatitude, dans un bien être complet, je vis au maximum ce cadeau qui m’est fait.

Soudain j’entends un puissant grondement de tonnerre qui fait vibrer toute la grotte, je vois des éclairs, puis la foudre s’abattre… Comme un tsunami, une immense vague submerge la flamme, puis une autre… c’est une violente et gigantesque tempête qui s’abat sur le cierge., La flamme vacille, semble près de s’éteindre mais résiste coup après coup. À la fin de l’orage, la flamme est toujours là et elle brille : son égrégore a doublé, sa puissance est tellement forte que j’en ressens toutes les énergies à l’intérieur de moi.

Pendant la tempête, Père Pio m’a ordonné de ne pas avoir peur, de ne pas fermer les yeux et surtout de me mettre en état de prière.

L’enseignement terminé, en une seconde je suis à nouveau à côté de Père Pio dans la grotte où tout est redevenu calme.

Père Pio me dit :

Mon enfant, je prie chaque jour pour toutes les âmes de la Terre qui intercèdent auprès de moi pour que je leur vienne en aide, pour un proche, ou pour un ami qui a besoin de prières.

Chaque prière envoyée, chaque prière venant du cœur est entendue. À chaque instant, j’intercède auprès du Père pour l’exaucement de ces prières. Il faut bien comprendre que je ne suis pas Dieu, que je n’ai pas le pouvoir de Dieu, mais que j’envoie à Dieu les prières.

Le cierge central est l’Amour de Dieu, l’étincelle divine que chaque âme humaine possède en elle. Les épreuves de la vie ne doivent pas l’éteindre mais au contraire en multiplier l’égrégore.

Mon enfant, la Terre passe par des moments difficiles, c’est un capharnaüm quotidien avec son lot de mauvaises nouvelles, mais il ne faut pas douter de l’Amour de Dieu., il ne faut pas douter du plan divin. Il faut prier, encore et toujours, ne jamais baisser les bras, lutter avec force et courage. Le plan divin doit s’accomplir et le bien reprendre sa place.

C’est pourquoi je mets en vous un cierge divin, afin qu’il vous donne la force nécessaire pour prier chaque jour pour la Terre, pour votre prochain. Par la prière vous entretiendrez sa flamme et empêcherez qu’elle s’éteigne.

Je place dans le cœur de chaque homme de la Terre tout l’Amour du Père.

Je bénis le discernement de chacun d’entre vous.

Je bénis votre prise de conscience de la responsabilité qui vous incombe de veiller sur le cierge divin qui est allumé en vous.

Je bénis chaque âme de la Terre dans son amour puissant et véritable pour son Père Bien aimé.

Je bénis la Terre dans toute sa magnificence.

Je bénis chaque âme humaine créée par Dieu au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Je bénis chaque prière afin d’en multiplier sa puissance dans le cœur de Dieu. Je bénis l’exaucement de chacune de vos prières

Père Pio me dit ensuite :

Mon enfant, tu peux maintenant retourner sur Terre et transmettre mes paroles dans le cœur des hommes. Transmets ma bénédiction et dis-leur que je les aime et que je prie pour l’avènement de la Nouvelle Terre promise.

Père Pio de Pietrelcina

Je le vois se déplacer vers les cierges se mettre à genoux et réciter des prières. Devant lui apparaît un autel au-dessus duquel je vois Marie et Jésus assis chacun de part et d’autre de la croix dans toute leur splendeur.

Tout s’efface devant moi et en reprenant conscience je remercie pour ce cadeau qui m’a été offert et je m’empresse aussitôt de retranscrire au plus près de ma conscience ce que j’ai vu et entendu.

Je terminerai en vous rappelant les paroles de la petite Bernadette Soubirous et qui sont devenues si réelles pour moi  :

«Je ne suis pas chargée de vous le faire croire, je suis chargée de vous le dire. »

Comme elle, je suis chargée de vous transmettre les paroles de Père Pio.

Recevez la bénédiction de Père Pio.

Message reçu par Mireille Drapeau le 1er septembre 2013

CimetièrePèrePio

Copyright © David Lee Fong

Pendant ma prière du soir, au moment où je récite un Notre Père, je vois apparaître Père Pio, tout d’abord en vision, puis il prend forme devant moi.

Il me demande de le suivre, ce que je fais instantanément par une sortie de corps. Je suis accompagnée de mes guides.

Nous arrivons dans un cimetière dont nous passons la grille en fer forgé de couleur noir. Père Pio me dit que c’est “le cimetière des âmes oubliées de l’Au-delà”. Il me demande de regarder attentivement les tombes. Je remarque que certaines sont immenses, en marbre, abondamment fleuries. D’autres sont plus modestes mais entretenues. Certaines sont tellement vieilles qu’elles disparaissent sous les mauvaises herbes, les dernières étant signalées par de simples croix en bois.

Il me demande de ne pas me fier aux apparences des choses, qu’il faut voir plus loin que la première impression que l’on peut avoir et il m’invite à marcher avec lui, à ses côtés. Il tient dans sa main droite un encensoir où brûle de l’encens qu’il balance d’avant en arrière, et dans sa main gauche un crucifix. Nous nous arrêtons devant chaque tombe qu’il encense et qu’il bénit avec son crucifix, sans tenir compte de sa richesse extérieure. Son visage est tout amour, bonté et compréhension.

Après être passé dans toutes les allées, Père Pio s’assied sur un banc. Je reste debout devant lui à faible distance. Il m’invite à prier avec lui et nous récitons plusieurs Notre Père et Je vous salue Marie.

Quand nous avons terminé de prier, il me dit :

Mon enfant, je suis inquiet, il y a tant d’âmes dans l’Au-delà qui ne reçoivent pas de prières, ni de lumière, ni d’amour. Ces âmes sont malheureuses car oubliées de leur famille, de leurs amis.

Mon enfant, tu as pu constater que dans “le cimetière des âmes oubliées de l’Au-delà”, les tombes sont représentées comme sur la Terre, mais ne te fie pas aux apparences. ne sont pas les plus belles tombes les mieux entretenues et les mieux fleuries qui reçoivent le plus de prières. Non, mon enfant, beaucoup de personnes se rendent au cimetière pour fleurir la tombe d’un être cher, pour la nettoyer afin que la mousse et la saleté ne viennent pas la ternir. Cependant le recueillement devant la stalle n’est pas sincère, c’est le paraître, le qu’en dira-t-on qui passe en premier !

En ce qui concerne les monuments plus modestes, mais propres et fleuris, cela me désole car ces tombes sont entretenues pour les grandes fêtes religieuses où on crie haut et fort : « Aujourd’hui, nous passerons au cimetière nettoyer et fleurir la tombe de Belle-maman ! » Ceci étant fait rapidement avec un signe de croix, un court recueillement et on repart jusqu’à la prochaine fois, le ciel et le soleil s’occuperont des fleurs.

Les tombes surmontées d’une simple croix, ce sont les gens honnêtes qui ont avec discernement choisi de ne pas succomber à la surcharge de travail, préférant se simplifier la vie. Ces tombes sont rarement visitées.

Celles qui me désespèrent le plus, sont celles qui sont en ruines, où les mauvaises herbes poussent, le temps a pris le dessus. Oui, cela me désespère car ces âmes dans l’Au-delà ne reçoivent plus du tout de prières depuis fort longtemps.

Tu vois, mon enfant, il ne faut pas se fier aux apparences extérieures des choses.

Cependant je ne voudrais pas que mes propos soient mal compris. Je suis heureux de vous voir vous rendre sur les tombes de vos bien-aimés, bien que sachant qu’ils ne s‘y trouvent pas. et qu’ils sont dans l’Au-delà. Oui, je suis heureux, car pour beaucoup d’entre vous cela vous fait du bien et vous aide à supporter la séparation d’avec l’être cher. Je vous encourage à le faire, mais je vous demande de prier avec votre cœur, de prendre vraiment le temps d’envoyer des pensées d’amour à l’être disparu.

Je ne me permettrai pas de juger les personnes qui ne s’y rendent pas. On peut de n’importe quel endroit de la Terre prier pour un être cher. Oui, mon enfant, il y a tant d’âmes dans l’Au-delà qui ont besoin de prières. Transmets aux hommes de la Terre ma demande de prières pour les oubliés de l’Au-delà.

Je terminerai mes propos en tenant compte aussi des familles qui ont perdu un être cher mais qui n’ont pu lui offrir une tombe car n’ayant pas de corps terrestre pour le faire. Que ces familles soient rassurées, du moment qu’elles allument des cierges qu’elles prient et envoient de la lumière sincèrement, le manque de sépulture n’a pas d’importance. Dis à tous les hommes de la Terre que je les aime et que j’intercède auprès du Père pour l’élévation de leur âme.

Sur ces dernières paroles apparaît à côté de lui sainte Thérèse de Lisieux tenant dans ses bras une gerbe de roses roses. Elle dit :

« Je bénis et j’offre à toutes les âmes abandonnées, oubliées de l’Au-delà une rose signe de l’Amour de Dieu pour elles. »

Ils disparaissent l’un et l’autre et je me retrouve instantanément dans mon corps. Je prie et je remercie pour cette grâce qui vient de m’être donnée.

Ainsi que le Père Pio me le demande à plusieurs reprises dans ce texte, je vous transmets son message avec tout mon amour.

Message reçu par Mireille Drapeau le 20 septembre 2013

Le royaume de l’Au-delà Les demeures du Père

Copyright © David Lee Fong

Copyright © David Lee Fong

Pendant ma prière, je suis transportée en vision dans un lieu d’une très grande beauté. Il s’agit d’un paysage ensoleillé où je peux admirer de vastes étendues d’herbe fleurie. Sur le sol, je découvre un mur circulaire dont je ne vois pas les limites avec une entrée d’où partent plusieurs routes. Les couleurs sont lumineuses et éblouissantes.

À gauche de l’entrée, se trouve un enclos devant lequel est posé à même le sol un panneau sur lequel est inscrit : Bergerie de l’Au-delà. À l’intérieur de l’enclos se dresse une petite maison de couleur blanche avec un toit de chaume. Je cherche à comprendre la signification de ce que l’on me montre. Soudain je vois sortir Jésus de la maison tenant dans ses bras un agneau qui vient de naître. Il me dit que je me trouve dans le royaume du Père et que ce royaume est composé de nombreuses demeures. Derrière lui apparaît Père Pio qui me sourit et me dit :

«  Mon enfant, Jésus de son temps lorsqu’il était sur la Terre, a dit : «  Il y a de nombreuses demeures dans le Royaume de mon Père. Je suis le bon berger et je veille sur vous. Nul ne vient au Père que par moi.  »

Jésus poursuit en me disant : « Mon enfant, je suis le bon berger, je suis le gardien du royaume de mon Père. Nul ne peut se rendre dans les demeures de mon Père sans passer par moi. » Jésus me bénit et m’encourage à poursuivre ma route.

Père Pio m’invite à le suivre et nous franchissons l’entrée d’un parc en passant sous un panneau de format rectangulaire de couleur grise et sur lequel est écrit en lettres dorées :

Royaume de l’Au-delà – Les demeures du Père

Nous nous trouvons sur un chemin de terre bordé d’arbres de différentes sortes mais parmi lesquels je reconnais beaucoup de platanes. De cette route partent sept chemins. Père Pio m’explique que ce sont les différents degrés vibratoires de l’Au-delà. Je peux seulement en apercevoir les entrées mais ne peux m’y rendre ne pouvant franchir la limite de la vie et de la mort. Étant toujours en vie, je ne peux franchir la barrière du non-retour. Il me demande de bien regarder, de bien observer ce que je vois, car il est important que les hommes de la Terre prennent conscience de la réalité de l’Au-delà, de la réalité d’une vie dans cet Au-delà, de la réalité du fonctionnement de l’Au-delà.

Dieu en créant l’Univers a organisé ses structures et n’a rien laissé au hasard. Tout est calculé, tout a un fonctionnement, une précision, il ne faut surtout pas dérégler cette horloge monumentale qui est structurée pour fonctionner « éternellement » :

• Nous continuons à avancer : à ma gauche, je vois, un départ du chemin, mais tout me paraître sinistre, noir, les arbres sont calcinés, toute trace de vie a disparu et ma première réaction est de m’écarter de cet endroit. Père Pio me dit : que c’est la demeure du Père qui est la plus basse dans les degrés vibratoires. Pourtant il faut avoir des pensées pour les âmes qui se trouvent dans cet endroit où règne la terreur, l’oppression et le noir, et qui ont besoin de lumière et d’amour, de discernement. Ce sont des âmes oubliées et pourtant qui ne sont pas toutes vouées à disparaître car certaines ont envie de s’en sortir.

Nous avançons et un deuxième chemin s’ouvre sur la gauche. Les arbres sont ternes, tout paraît gris, sans coloration. Père Pio me dit : que c’est la demeure des premières âmes. Que ces âmes n’ont pas encore une grande évolution, qu’elles sont en train d’apprendre, qu’elles font leurs premières expériences.

• Nous poursuivons et un troisième chemin apparaît sur la droite. Les premières couleurs apparaissent sur la végétation. Père Pio me dit : « C’est la demeure des âmes qui montrent une bonne écoute à l’enseignement et qui montrent de la bonne volonté. »

• À la suite arrive sur la droite un quatrième chemin où la couleur de la végétation est bien ancrée et où une lumière apparaît. Père Pio me dit : que c’est la demeure des âmes qui ont accepté d’évoluer et qui cherchent à faire le bien autour d’elles. Petit à petit l’égoïsme disparaît de leur cœur.

• Toujours sur la droite, c’est un cinquième chemin qui s’ouvre devant nous. Père Pio me dit : que c’est la demeure des âmes évoluées, c’est pourquoi la végétation est lumineuse, le chemin est propre et irradie de lumière. Ces âmes ont beaucoup progressé sur le chemin de l’amour et arrivent au terme de leur évolution.

• Nous nous arrêtons au sixième chemin qui est toujours sur la droite. La nature à cet endroit est lumineuse, je ressens beaucoup de paix et d’amour. Père Pio me dit que : c’est la demeure des guides. Que c‘est là que toute âme qui a terminé son parcours arrive pour apprendre le métier de guide spirituel pour une nouvelle âme.

• Il m’invite à poursuivre notre route. Nous arrivons à son terme : à cet endroit se trouve un chemin d’une luminosité éblouissante, tout irradie de lumière, l’énergie y est très puissante et je vois au loin des êtres de lumière se déplacer. Père Pio a l’air très à l’aise et me dit : que c’est la demeure des saints et de toutes les âmes qui ont voué la plus grande partie de leurs vies à Dieu. Il ne me cache pas que c’est là qu’il réside.

Il termine en me disant :

 » Mon enfant, nous nous sommes arrêtés devant chaque chemin, devant chaque demeure du Père. Mon enfant, je bénis chacune de ces demeures, de la plus basse à la plus haute, car chaque âme est importante dans le cœur de Dieu. Je dois ramener le plus possible d’âmes à Dieu, que ce soit des âmes de la Terre ou des âmes de l’Au-delà. Il n’y a pas de différence. J’enseigne les âmes de la Terre, mais j’enseigne aussi les âmes de l’Au-delà.

Mon enfant transmet aux hommes de la Terre que les âmes de l’Au-delà ont besoin de beaucoup de prières, de lumière et d’amour suivant leur évolution.

Mon enfant, je bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit chaque âme de la Terre et de l’Au-delà. Je suis avec chaque âme qui a accepté l’Amour en son cœur. »

Sur ces paroles, il lève sa main droite et, de son crucifix qu’il tient dans celle-ci, une gerbe de lumière est projetée dans tout l’Univers.

La vision disparaît et je termine ma prière en remerciant Père Pio pour cette nouvelle grâce qu’il nous accorde.

Suite à la réception de cette vision, je pense qu’il est nécessaire que je fournisse quelques explications supplémentaires.

Quand je parle de Jésus, je vois un homme, âgé d’environ 30 ans, avec des cheveux châtains, longs jusqu’aux épaules. Je ne vois pas son visage, car je suis éblouie par un halo de lumière très puissant qui l’entoure et qui est de couleur dorée. Au plus profond de moi, je sais que je suis en présence de Jésus.

En ce qui concerne la vision, je me trouve projetée comme dans un film en 3D, où je suis spectatrice et actrice en même temps de tout ce qui se passe autour de moi.

Je retranscris au plus près de ma conscience ce qu’il m’est montré et ce que je reçois en même temps. Il est important pour moi que vous compreniez exactement ce que j’ai vu car chaque détail à son importance.

Père Pio me demande de vous transmettre cette simple phrase :

Heureux ceux qui ont cru sans avoir vu, le Royaume des Cieux leur appartient.

Recevez sa bénédiction, son amour et sa paix en votre cœur.

Avec tout mon amour, je vous transmets ces paroles en vous rappelant que, moi aussi, «  je ne suis pas chargée de vous le faire croire, je suis simplement chargée de vous le transmettre. »

Message reçu par Mireille Drapeau le 3 novembre 2013