Le Padre Pio par le père André-Marie

 

am_2004ll y a près de cinquante ans mourait un religieux capucin connu dans le monde entier sous le nom de «  Padre Pio  ». Il n’avait laissé aucune œuvre écrite importante, sinon des lettres adressées à ses amis et à ses filles et fils spirituels.

Critiqué, persécuté et contredit par les autorités religieuses, la hiérarchie de l’Église et les responsables de son propre ordre religieux, il est cependant maintenant vénéré au point d’être béatifié par le Pape !

En septembre 1918 il fut miraculeusement marqué dans sa chair par les stigmates qui lui infligèrent d’énormes souffrances. Aujourd’hui 5 à 6 millions de fidèles viennent chaque année visiter la cellule de son monastère où il a vécu, et se recueillir sur sa tombe.

Au cours de ce siècle bien d’autres personnes ont vécu et, on peut même dire, subi les mêmes phénomènes. Pourquoi ne pas citer Thérèse Neumann en Allemagne, Marthe Robin en France.

Mais chez le Padre Pio, bien d’autres phénomènes extraordinaires surnaturels :

– la clairvoyance : il lisait dans les consciences et dans les cœurs,

– la bilocation : on le voyait parler et célébrer la messe au même moment en des lieux différents…

– L’odeur de sainteté : de suaves et indéfinissables parfums entouraient sa personne…

– Le don de guérison,

– Le don de prophétie.

Tout cela mêlé à une extraordinaire humilité qui ne l’avait jamais quitté.

Pendant de longues années, il a passé, comme le Curé d’Ars, des journées entières dans un confessionnal.

Aujourd’hui encore on le prendrait pour un médium et serait, dans bien des cas, considéré en marge de l’Église.

Le divin ne s’explique pas, pas plus que le mystère.

Nous ne pouvons que rester silencieusement admiratifs devant de tels phénomènes.

Peut-être que si nous avions une vie intérieure plus intense, plus vivante et plus contagieuse, nous pourrions, nous aussi, être de petits guérisseurs par nos paroles de bienveillance, nos sourires, nos prières et une foi un peu plus provocante. Peut-être aussi pourrions-nous respecter davantage ceux qui ont ces mêmes dons, même s’ils les ont à un autre niveau que ceux du Padre Pio. « Ne juge pas et tu ne seras pas jugé» nous dit l’Évangile  !

De très nombreux miracles ont jalonné toute sa vie. Le premier est celui de Consiglia de Martino. Considérée comme perdue par la médecine, à la suite de prières adressées au Padre Pio, elle fut instantanément guérie. Bien d’autres miracles ont été authentifiés par l’Église.

Expliquer l’inexplicable n’est ni le fait des psychologues ou des scientifiques, mais peut-être seulement celui des théologiens mystiques, qui ne peuvent d’ailleurs que constater et admirer.

On ne peut que constater chez les dizaines de milliers de pèlerins qui se pressent au couvent de San Giovani Rotondo que des sentiments de dévotion, de confiance, d’admiration et d’espérance.

Si une vie terrestre tellement extraordinaire l’a conduit à provoquer des milliers de conversions, de guérisons, de libérations intérieures, pourquoi ne pourrait-il pas de l’Au-delà, continuer à distribuer ses dons, ces grâces et l’Amour de Dieu dont il était habité et qu’il vit maintenant dans l’infini.

Combien de guérisseurs aujourd’hui se cachent discrètement derrière lui, pour répandre le bien et le bon autour d’eux. N’appelons pas cela de l’extraordinaire, mais de l’ordinaire vécu dans la contagion de la foi, la force de l’Amour et le respect du divin qui, dès aujourd’hui, nous habite, avant de le célébrer dans l’exultation éternelle de l’Au-delà.

Yves Chiron dans son livre :  Padre Pio, le stigmatisé  nous a retracé l’extraordinaire aventure spirituelle de cet homme tout entier donné à Dieu.

À la lecture de ce livre on ne peut qu’avoir envie de trouver Dieu, et par de petits actes quotidiens de prouver son existence.

Comment surtout ne pas remercier Mireille Drapeau qui, depuis si longtemps, nous livre des messages de ce Saint Père, notamment dans le livre : Père Pio messager de la Nouvelle Terre .

« Oui, la création de Dieu est belle, elle est un véritable chef-d’œuvre, mais dans votre vie trépidante vous ne prenez plus le temps d’admirer la nature, les animaux qui vous entourent… Vous ne respectez plus les règles de base de la nature en produisant de façon outrancière… Le pire de tout cela est que des affamés ont toujours faim, que des pauvres sont toujours aussi pauvres et que des riches continuent de s’enrichir… »

Merci Mireille, par les messages du Père Pio que tu nous transmets, de nous encourager à une vie plus humaine, plus saine et plus sainte. Notre avenir en dépend !

Je ne puis qu’être encore très ému par le message et la bénédiction personnelle qu’il m’a transmise par ton intermédiaire, au cours d’une des Journées de la Survivance à Paris. Je partage cette bénédiction avec tous ceux que j’aime. ∆

Texte paru dans la Revue de l’au-delà de janvier 2015 (n°197), le numéro spécial consacré aux dix ans de messages de Père Pio.