Michèle Riffard

L'amour par-delà le vile:J.KridelMichèle Riffard, la doyenne des médiums de France, s’est éteinte dans la nuit du 4 au 5 septembre à l’âge de 93 ans. Ses obsèques se sont déroulés dans l’intimité le 9 septembre 2014, à l’église du Vigeant, près de Poitiers.

C’est une grande dame, un grand médium qui s’en est allée Je la porte à tout jamais dans mon cœur car c’est elle qui m’a ré-ouvert le chemin de la médiumnité.

La première fois que je l’ai rencontrée, c’était à Paris au mois d’octobre 2003, lors des Journées de la Survivance. Je venais témoigner de mes 3 N.D.E. Lors du déjeuner du dimanche, elle est venue vers moi et m’a dit que je souffrais beaucoup du dos. Elle m’a demandé de m’asseoir à côté d’elle et elle m’a magnétisée. Une puissante énergie m’a alors traversée et je me suis sentie mieux.

Par la suite je l’ai croisée différente fois lors de conférences et c’était à chaque fois un grand bonheur pour moi de la rencontrer et de pouvoir échanger avec elle. Elle avait toujours des paroles, des petits mots, des petits messages pour chacun qui me réchauffaient le cœur.

Au mois de septembre 2004, à Vichy, lors de la Journée du paranormal, c’est une vignette représentant Padre Pio qu’elle m’offrira, à ma grande surprise, en me disant :

– Je dois te donner cela de la part du Padre Pio.

Le moment le plus fort a certainement été quand je me suis rendue à Aspet, le 10 septembre 2005, pour une conférence. Le lendemain, entre deux consultations, Michèle m’a dit : « Tu es médium et un jour tu feras de la médiumnité en salle comme moi. Ne fais rien, ne précipite rien, tout viendra tout seul. » Au moment du départ, elle m’a alors transmis un message écrit de Padre Pio que je garde précieusement :

« Il y a la lumière dans laquelle tu es, tu rayonnes de toutes tes vibrations. Le monde t’ouvre la porte. Ne compte pas venir encore parmi nous. Ici on a besoin de toi. Et, comme tu donnes avec amour, nous t’aidons. Ce que tu donnes, reçois-le avec notre force. Garde la tienne, nous la renforçons pour que tu transmettes ce que tu sais, pour éclairer les autres. Ils sauront que nous sommes là avec toi. Ton courage est à la hauteur de ta mission, en harmonie. Soit lumière, Mireille, pour tous. Pio »

Le 16 octobre 2005, lors des Journées de la Survivance de Paris, elle me fait un nouveau cadeau et m’offre une statuette de Padre Pio.

Une autre fois, en 2011, je crois, c’est dans le TGV en direction de Nantes qu’elle me conforte dans ma médiumnité en me disant que le rôle de médium n’est pas toujours facile, que c’est fatigant mais qu’il faut continuer. C’est ma mission, ajoute-t-elle, en haut il me donne les forces pour le faire Elle me donne à cette occasion plusieurs conseils par rapport à la médiumnité. Et c’est avec regret que nous nous sommes séparées ce jour-là. A cette époque, j’avais déjà trouvé qu’elle était fatiguée mais elle continuait de se rendre dans les Associations me montrant ainsi l’exemple.

IMG_1763 En février de l’année dernière, nous nous sommes rencontrées, pour la dernière fois, chez elle à Noisy -Le-Grand. Elle nous a chaleureusement reçus, mon mari Etienne, ma fille Edwina et moi et nous avons profité de cette rencontre avec le plaisir que l’on devine, car nous savions tous les problèmes de santé qu’elle rencontrait. Certes elle se déplaçait difficilement avec un déambulateur mais elle n’avait rien perdu de sa joie de vivre, de sa joie de recevoir avec toujours la même simplicité qui allait droit au cœur.

Ce jour-là elle nous a beaucoup parlé de la médiumnité, de sa vie de médium, nous relatant ses nombreux voyages. Elle nous a dit toutes ses joies mais aussi toutes ses peines face à la maladie. Une chose ressortait cependant de toutes ses paroles, c’est qu’elle souhaitait accomplir jusqu’à son dernier souffle sa mission.

Elle m’a transmis des prières, des secrets comme elle l’a fait à de nombreux médiums. Mais le moment le plus fort a été quand elle m’a regardée et qu’elle m’a dit :

– Qu’est ce que tu t’embêtes à faire la médiumnité avec des photos, tu n’as pas besoin de cela pour transmettre les messages, tu peux le faire directement sans avoir besoin d’une béquille. Et il est vrai que j’ai suivi son conseil et que depuis ma médiumnité s’est développée et que les contacts sont devenus beaucoup plus faciles.

Cet après-midi-là fut un grand moment aussi pour ma fille Edwina, Michèle la fixant de son regard où on avait l’impression qu’elle lisait à l’intérieur de nous lui a dit :

«Toi, tu es médium, tu as de grandes capacités. Hélène Bouvier te protège et te guide sur ton chemin. C’est petit à petit que ta médiumnité se développera, il ne faut pas précipiter les choses, c’est à partir du mois de septembre 2014 que tu t’assumeras entièrement en tant que médium.» Elle lui a donné ensuite de nombreux conseils par rapport à sa vie et avec tout son amour, sans aucune demande de la part d’Edwina, elle l’a magnétisée lui redonnant les énergies nécessaires. Pourtant, elle n’avait pas l’air bien en forme !

Ce jour-là, c’est le cœur bien gros que nous nous sommes dits au revoir à la fin de l’après-midi qui avait passé bien vite, trop vite.

C’est la dernière fois que je la voyais, nos contacts suivants se sont faits uniquement par téléphone.

Je garde précieusement au fond de mon cœur tous ces moments, tous ces mots, toutes ses paroles qu’elle m’a transmis avec tout son amour.

Oui un grand médium s’en est allé, je ressens un grand vide, mais je suis sûr que depuis l’Au-delà, elle va rapidement nous donner des messages et nous faire des signes nous prouvant ainsi, et toujours, la survivance immédiate de l’âme dans l’Au-delà.

Je sais déjà qu’elle a retrouvé à son arrivée son cher Padre Pio, Françoise Flamant et Hélène Bouvier qui l’a tellement aidée et portée tout au long de sa vie.

Que Dieu la bénisse.

Mireille Drapeau